Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par véronique

Composition qui a servi à l'élaboration de ma nature morte

Composition qui a servi à l'élaboration de ma nature morte

Au fond de l’œil de nombreux photorécepteurs permettent de capter la lumière. Ils transforment une information en signal électrique qui est ensuite décodé par le cerveau pour donner la couleur.

La rétine est tapissée d’une mosaïque de photorécepteurs : les cônes et les bâtonnets. Ces derniers sont 25 à 100 fois plus sensibles à la lumière que les cônes. Ils nous permettent de voir dans la pénombre, mais pas de distinguer les couleurs, d’où le dicton « la nuit, tous les chats sont gris »…

Les cônes, moins nombreux et moins sensibles à la lumière, interviennent dans la vision des couleurs et la netteté. Il existe trois types de cônes qui diffèrent par la radiation qu’ils détectent : de courtes, de moyennes ou de grandes longueurs d’onde. La gamme de couleurs que nous percevons a pour origine l’ensemble de ces trois réponses fondamentales.

Une tâche complexe que le cerveau analyse et interprète à partir de l’ensemble des données reçues pour y retrouver 3 caractéristiques :

La clarté correspond à la luminosité relative de l’objet

La saturation mesure la part de coloration de l’objet (distinction entre les couleurs vives ou claires

La teinte ou la tonalité nous renseigne sur la couleur : il y a 4 teintes élémentaires : le rouge, le vert, le bleu et le jaune qui correspondent à une région du spectre de la lumière.

Ce sont tous ces paramètres qui nous permettent de différencier un bleu clair d’un outremer… et d'apprécier comme c'est le cas ici toutes les nuances de gris pour obtenir l'illusion de l'étain.

 

Huile 40x50 non terminée non sèche d'après la mise en scène que vous voyez plus haut

Huile 40x50 non terminée non sèche d'après la mise en scène que vous voyez plus haut

Il faut de nombreuses heures de travail pour réaliser une peinture à l'huile, les glacis ne peuvent se faire qu'après le séchage de certaines zones et la pose de couleurs par couches successives comme c'est le cas ici.

Peindre Alla Prima c'est peindre un tableau en une seule séance, sans séchage entre les couches.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonsoir. Très beau!
Répondre
S
jolie nature morte même si comme vous le dites ce n'est plus "tendance" J'aime beaucoup.
Répondre
L
Merci de votre passage sur mon blog et de ce commentaire sympathique . A mon tour de venir voir votre travail . J'apprécie également vos textes très didactiques . Je repasserai pour mieux admirer le travail et pour cela , il faut prendre son temps . Donc , à très bientôt .
Répondre
M
Merci de ta visite !
Quel talent... on devine à peine la différence entre le modèle et ta réalisation ! Bravo et bonne chance pour ton expo !
Bonne journée
Monelle
Répondre
C
en effet cette expo semble de haut niveau, pour ma part c'est ma première participation, en tant qu'amateur, je vais en prendre plein les yeux. peut être pourrais je faire quelques photos. bises. celine
Répondre
M
Ha oui ça serait une excellente idée pour que nous puissions voir ton travail et celui des autres en situation dans cet endroit, c'est toujours intéressant de regarder et de se tenir informée de qui fait quoi. Je suis contente pour toi. bises, véronique
D
bonjour pluvieux
C'est l'ennui avec l'huile, il faut toujours attendre le séchage.
Tu t'en aies bien sortie. Tes roses sont splendides
Bon après midi
Répondre
C
très beau travail sur les reflets et les volumes, bravo, il me tarde de le voir terminée. merci pour toutes ces explications. bises. celine
Répondre
C
Quelle belle lumière sur le cuivre ! Perfection de la tasse...
Répondre
P
Celui-ci je l'aime un peu moins, mais je reconnais tout le travail effectué. Si, si, j'aime beaucoup la tasse !
Répondre