Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par véronique

Le Gien est un type de faïence fabriqué dans la ville de Gien située dans le département du Loiret et la région Centre.

Les établissements faïenciers de Gien ont excellé dans l'art de l'imitation, et fabriquèrent des copies de pièces du passé, avec un coût abordable. Des pièces uniques furent également créées avec le concours de peintres décorateurs de talent qui les illustrèrent de nouveaux décors ou s'inspirèrent de ceux des siècles passés ou de ceux d'autres faïenceries européennes ou d'Extrême-Orient.

La vaisselle : les tasses s'empilent

En 1821  l'industriel anglais Thomas Edme Hulm, dit "Hall" acquiert les terrains et immeubles de l'ancien couvent des Minimes pour y installer une nouvelle manufacture de faïence, façon anglaise, appelée par la suite à une renommée mondiale. La société connaît des difficultés financières et change  plusieurs fois de mains dans la période 1826-1862.

En 1842, la société "Guyon, Boulen & Cie", reprend son concurrent local, la Faïencerie de Briare, en déconfiture, avant d'en perdre le contrôle un an plus tard. Entre 1864 et 1866 le besoin d'argent frais se fait sentir notamment du fait des dégâts causés par la grande crue de la Loire de 1866 et provoque l'arrivée d'un nouvel apporteur de capitaux, Jean-Félix Bapterosses récent repreneur par ailleurs de l'ancienne Faïencerie de Briare devenue depuis lors les émaux de Briare.

La société prend finalement le nom de "Faïencerie de Gien" en 1875.

La production s'est d'abord intéressée à la vaisselle utilitaire puis elle s’est orientée vers la fabrication de services de table, de pièces décoratives et de services aux armes des grandes familles. L'importante production de lampes à pétrole ou à l'huile est une spécificité typique à Gien. En 1882, la société se lance parallèlement dans la fabrication de carreaux de revêtement en céramique. Elle obtient notamment le marché du métropolitain parisien en 1906 (les fameux carreaux biseautés métro 7,5x15 cm. La production de carreaux de revêtements ne sera arrêtée que vers 1980.

L'apogée de la production des faïenciers de Gien se situa entre 1855 et 1900 et de nombreuses récompenses leur furent décernées lors des grandes expositions internationales.

006--2-.JPG

En décembre 1983, l'entreprise dépose le bilan. C'est Pierre Jeufroy qui reprendra l'activité en 1984 avec 108 salariés. Des mesures drastiques sont alors prises. La surface de production est divisée par deux et les produits non-rentables retirés du catalogue. La production se recentre sur le haut de gamme. La faïencerie fait appel à des artistes afin d'élaborer une nouvelle gamme.huile tasse Gien

L'entreprise possède un musée situé dans l'enceinte même de la faïencerie. On peut notamment y admirer une collection de pièces de faïence fine réalisées par la manufacture entre 1820 et 1920. Le musée est le 12e équipement le plus visité du Loiret, avec 16 525 visiteurs en 2007.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P

Bravo pour tous ces beaux tableaux plein de finesse avec de très belles couleurs.
ps : Comment ce fait il qu'à chaque fois que je te laisse un commentaire je suis obligée de retaper mes informations alors que la case se souvenir est bien cochée ? Le sais tu ???
Bisous et encore bravo


Répondre
V


Alors là tu me poses une colle ! peut-être faudrait-il commencer par décocher puis retaper les infos et ensuite recocher ? L'informatique a parfois ses mystères, le principale c'est que tu
reviennes sur mon blog. Bisous et bonne journée, véronique



C

J'ai les mêmes à la maison ! Et oui, c'est toute mon enfance, je suis de la région. Et la faïence de Gien, il y en a plein les placards chez mes parents... On reconnait très bien les vrais motifs,
notamment celle du dessous dans la pile de 3. Bravo, c'est très sympa et une bonne idée de composition.


Répondre
V


Merci pour ton gentil commentaire, je suis une fan de vaisselle de Gien et j'adore la chiner dès les premières brocantes ce qui me permet d'avoir des modèles pour mes peintures.


Bonne journée, véronique



C

C'est superbe, léger et joli à souhait,continue à nous faire rêver en ce mois de janvier nous en avons besoin !
Bises.


Répondre
V


Bonsoir Christelle,


Si j'en avais le temps je vous ferais rêver davantage ! j'espère que tu vas bien, je t'embrasse, véronique



G

la grand mère de mon mari possédait de nombreuses pièces de Gien , c'est une belle faïence . c'est une belle mise en valeur que tu leur offre au travers de tes natures mortes . bisous


Répondre
V


Merci, j'ai un faible pour ces faënces que je trouve absolument ravissantes et même les modèles récents sont beaux (ssouvent trop cher mais ça ne fait pas de mal de regarder...)


bonne soirée, bisous, véronique



P

Ton article m'a appris pleins de choses... j'ai encore quelques pièces de service de mes grand-parents en "Gien"... je ne m'en sert presque pas, ce sont pour moi plutôt des souvenirs... Amitiés...
Lulu66


Répondre
V


Et bien tu vois tu pourrais les mettre en scène pour les peindre cela en fait une utilisation originale et sentimentale. Amicalement, véronique



C

bonjour très intéressant ton article
bonne journee Cathline


Répondre
V


Merci et bonne soirée, véronique



M

c'est magnifique, comme d'habitude ! j'ai une bonbonnière et un plat carré en Gien moderne, les felurs sont façon aquarelle


Répondre
V


Si c'est le modèle mille fleurs il est tout simplement magnifique. Bonne soirée, véronique



D

Superbe, comme d'habitude !!!
J'aime beaucoup le petit papillon ajouté...
Belle soirée Véronique


Répondre
V


Oui c'était pour équilibrer un peu ma composition, par contre c'est beaucoup plus difficile à peindre à l'huile de si petites choses qu'à l'aquarelle !


bonne soirée à toi, véronique



C

un grand bravo pour tes huiles, c'est sublime, et un grand merci pour toutes ces infos. bonne soirée. celineeeeeeeeeeeee


Répondre
V


Merciiii céline bisous, véronique



G

De superbes huiles exécutées avec talent et un commentaire détaillé et très instructif.
Bravo l'artiste.


Répondre