Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par véronique

La-mare-aux-iris-V-MORET.JPG
Près des étangs où la libellule voltige,
Où, dans les soirs d'été, vient se baigner l'oiseau,
On aperçoit l'Iris, qui tremble sur sa tige
Et semble un papillon posé sur un roseau.

Du bleu foncé des mers elle reçut l'empreinte,
Prise à l'heure où la nuit noircit l'azur des cieux.
Seule parmi les fleurs elle offre cette teinte,
La plus chère à l'esprit et la plus douce aux yeux.

Sur la terre, du bleu la Nature est avare.
Et les poètes sont réduits à le rêver ;
Si le pinceau s'applique à le rendre moins rare,
C'est que vers l'Idéal l'Art tend à s'élever.

Des Zéphirs printaniers docile messagère,
Comme une voile au vent toujours prête à flotter,
La forme de l'Iris, vaporeuse et légère,
Est l'image de l'âme en train de nous quitter.

Aux rayons du soleil qui brille sur la plage,
Sa transparence émet une lueur dans l'air,
Semblable au feu follet qui court avant l'orage
Et disparait soudain, absorbé dans l'éther.

Charles Rouvin - 1883

 

Aquarelle 32 x 40 cm - 4è Prix d'Aquarelle mardi 8 mai 2012 Changé 72560

V-MORET-8-05-2012.JPG

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

bravo pour ton prix . tu as très bien traité l'eau . bisous
Répondre
M

On ne saurait où ne PAS s'arrêter à la visite de ce blog . M.Alice m'avait prévenue, et c'est une agréable surprise , ces aquarelles sont de purs délices .Elle m'a dit aussi dit  que je
pouvais y laisser un haïku .Alors si au hasard de cette balade autour de la mare ,il y a avait aussi là, une grenouille .Ce dernier je l'associe davantage au titre de l'aquarelle, car je l'ai
écrit il y a moins de huit jours


Autour de la mare


une grenouille verte assise


en crapaud


PS : il me semble que l'on se connaît déjà et que l'on a dû aussi échanger des commentaires ..ailleurs que sur ce blog
Répondre
V


Bonjour,


Merci pour cette visite qui je l'espère ne prendra pas fin de si tôt, merci pour ces moments de poésie et de partage. Effectivement nos commentaires se sont déjà croisés. bien amicalement,
véronique



A

Une bien étrange affaire au sujet du Vieux-Mans :


 


http://vieux-mans.blogspot.fr/


 


Adelphazire Osumagéthane
Répondre
A

elle est ravissante cette aquarelle ! on aurait envie de s'assoir au bord de l'étang :)
Répondre
R

LE VIEUX-MANS, CITÉ DES ESPRITS :


 


http://www.dailymotion.com/video/xqx11v_le-vieux-masn-cite-des-esprits-raphael-zacharie-de-izarra_news


 


Raphaël Zacharie de IZARRA
Répondre
A

Félicitation Véronique! Bisous
Répondre
R

LE VIEUX-MANS, CITÉ DES ESPRITS 


La Cité Plantagenêt est une petite olympe au coeur de la ville mancelle. Une enclave tout en hauteur, un sommet de pierres et d’Histoire.


Le Lutèce sarthois en somme.


Le Vieux-Mans, c’est un refuge intemporel au souffle médiéval reposant sur des bases antiques. Ses pieds sont gallo-romains, son esprit est moyenâgeux, son âme pleine de Renaissance.


Au niveau du tunnel, aussi glacial et sinistre que le XXIème siècle qui l’a érigé, le Vieux-Mans donne même le vertige.


Tout autour, la sérénité des cimes.


Au moins, jusqu’aux frontières vespérale...


Voies sombres, désertes, silencieuses et carrefours éclairés par des lampadaires d’un autre temps font les charmes nocturnes de ce mont manceau, comparable en certains points au
Mont-Saint-Michel.


A l’heure ténébreuse, toutes sortes de fantômes épieront le promeneur égaré, l’effleureront peut-être : chats furtifs -tous gris la nuit-, rats dodus, chauve-souris alertes, hiboux
interrogateurs, ombres de statues allongées par le clair de lune -saints locaux ou vagues gargouilles accrochés aux toits- et autres silhouettes mal identifiées.


Volatiles de plumes et de poils, errants des gouttières et des canalisations, hôtes des toitures et du sol, vagabonds des airs et du pavé, sculptures de pierre et de bois, gardiens de vieilles
portes et veilleurs de remparts, bref présences inertes, oniriques, réelles ou imaginaires et faune vive font les murmures et les légendes du Vieux-Mans.


 


On ne sort pas indemne de ces pierres haut-perchées : de presque tous les côtés de la vieille cité, maintes vues plongeantes garanties sur l’agglomération moderne ! Mais surtout, plusieurs
siècles séparent les deux parties du Mans. C’est dire que le voyage n’est pas que vertical. Il est également anachronique.


 


Sans omettre les violonistes ailés de la cathédrale récemment découverts (les déjà célèbres anges musiciens) conférant à l’exploration un tour aussi poétique qu’ascensionnel.


Avec ses escaliers interminables où grondent tous les vents, ses murs immémoriaux surchauffés au soleil d’été et, la nuit, ses rues hantées par des spectres de lumière -je veux parler des
fameuses Chimères- la vieille ville est un lieu choisi hors du monde où, dès la tombée du jour, la réalité fait place au mystère.


Raphaël Zacharie de IZARRA
Répondre
V

Félicitations Véronique....Bien mérité pour tout ton travail effectué.A bientôt.
Répondre
V


Merci, c'est vrai que cela fait plaisir d'être reconnue de temps en temps pour le travail que l'on effectue. A bientôt, véronique



M

Une aquarelle qui fait rêver comme une libellule au bord de l'eau ...
Répondre
V


J'aurai pu en peindre une mais là il m'aurait fallut plus de temps ! à envisager une autre fois.



V

toutes mes félicitation Véronique ! bravo !



Répondre
V


Merci véronique, bonne soirée